Caverne

(extrait d’un recueil à paraître)

Makenzy Orcel

p. 223-224

Citer cet article

Référence papier

Makenzy Orcel, « Caverne », Chemins critiques, Vol 6, nº 1 | 2017, 223-224.

Référence électronique

Makenzy Orcel, « Caverne », Chemins critiques [En ligne], Vol 6, nº 1 | 2017, mis en ligne le 05 avril 2018, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://www.cheminscritiques.org/405

un trottoir simple le long de la phrase
pour tes pieds nus

rien n’est inventé
     que cette rue-là
des cathédrales d’injustesses

paume barbelée
d’où gronde
le feu méprisé de l’attente
ou la malchance des lignes

mers poisseuses
en air de feu naître

allée de profondes larmes

longilignes
tels des cris d’amour

bannie de son répertoire de chaos
elle ne perd rien
en perdant sa trace

au fond des vents
il y a les miroirs que tu fus
la vie saigne autour des terres qui tournent
moulins de raisons
et leur goût d’asphalte
d’attache
les chiens
lèchent les cris
que tu évoques empêtrés
d’appels à s’abîmer

sauf que l’amour
de tous les nuages il saigne aussi
métamorphose du dit de l’arbre planté
dans la terre errante

bateau-carton
à la mer prosternée

feu d’ailes
contre la parure
béante à marquer son temps
dans un grand désordre
de douleurs tues

la phrase dans les pas de la rue mâchée
revenue à la source
souffle-fête

du haut des marges
novembre de la saison injuste des morts

de l’autre côté
une plui...

Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International