Résister à novembre

Une méditation sur l’écriture d’Émile Ollivier

Stéphane Martelly

p. 215-222

Citer cet article

Référence papier

Stéphane Martelly, « Résister à novembre », Chemins critiques, Vol 6, nº 1 | 2017, 215-222.

Référence électronique

Stéphane Martelly, « Résister à novembre », Chemins critiques [En ligne], Vol 6, nº 1 | 2017, mis en ligne le 05 avril 2018, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://www.cheminscritiques.org/403

J’ai toujours vu mon père de dos. […]
C’était un dimanche de novembre. Des phalanges de nuages gris avaient rapidement couvert le ciel pâle, masqué le contour des arbres et du Morne l’Hôpital. […]
Jusqu’au moment où fut prononcé le nom de mon père, ce qui éveilla mon attention. […]
« Sais-tu qu’il souffre d’une grave maladie des reins ? » La voix hésitante, déroutée de ma mère. « Qu’en pensent les médecins ? Peuvent-ils le guérir ? »
(Émile Ollivier, Mille-Eaux, 1999, p. 13 ; 29‑31)

Puis viendra la poisse de novembre, le mois le plus cruel de l’année. La cruauté de novembre ramènera dans les mémoires l’anniversaire de la mort de Bénissart.
(Émile Ollivier, Mère-Solitude, 1983, p. 209‑210)

Chaque année, nous mourons de novembre. Connaître ce passage inévitable de la mort sans doute nous libère, nous ouvre, en toute cruauté, aux vents du monde et des possibles ; nous rend disponibles à toutes les dimensions de nos imaginaires, aux mémoires alourdies d’improbables dérives, aux généalogies tro...

1 Son livre précédent, Paysage de l’aveugle (Ollivier, 1977) est souvent considéré comme un diptyque de deux nouvelles.

2 Satyre définit cette esthétique comme baroque, soit le « sentiment de la fragilité des choses de ce monde » (2006, p. 24).

3 Du proverbe haïtien « Ayiti, se tè glise », soit : Haïti est une terre glissante (ma traduction).

4 Et ce, même quand Ollivier est très critique vis-à-vis de son pays d’origine.

5 Et ce, à juste titre, car comme le signale l’auteur : « La mémoire était la condition de ma continuité. Perdre la mémoire, ce serait comme si je

6 « Il faut beaucoup de courage, de nos jours, pour refuser de “reprendre du service” pour rester en dehors des cercles de pouvoir et demeurer froid (

7 « L’écrivain suscite de l’admiration et en même temps, il est l’objet de soupçons, voire de suspicion. » (Ollivier, 2001c, p. 18)

Stéphane Martelly

Université Concordia

Articles du même auteur

Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International