Bateyes sans marques

Mémoire des lieux : des Dominico-Haïtiens et Haïtiens en République Dominicaine

André Corten

p. 95-113

Citer cet article

Référence papier

André Corten, « Bateyes sans marques », Chemins critiques, Vol 6, nº 1 | 2017, 95-113.

Référence électronique

André Corten, « Bateyes sans marques », Chemins critiques [En ligne], Vol 6, nº 1 | 2017, mis en ligne le 05 avril 2018, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://www.cheminscritiques.org/382

Ce texte est le premier résultat d’un travail de terrain effectué en République Dominicaine (R.D) et en Haïti du 16 janvier au 5 février 2016, avec la coopération des professeurs Marisela Duval et Amaury Giordano Pérez Vargas, de l’Université Autonome de Santo Domingo (UASD), et avec la participation active de Ana Maria Belique, étudiante de sociologie à l’UASD.

Comment les bateyes, symboles de travail forcé, peuvent-ils devenir des lieux de construction d’hospitalité entre Haïtiens, Dominico-Haïtiens et Dominicains ? En particulier, après la privatisation (Perez, Garó, Segura, s.d.) ou la mise en location des terres du Conseil d’État du Sucre (CEA). Comment cette possibilité est-elle associée à la disparition des marques du batey – en particulier les immenses cannaies et le repère que constituent les hautes cheminées des sucreries (des ingenios selon le terme espagnol).

La scène est celle d’une histoire de dévastation – et, curieusement, il peut y avoir une nostalgie de l’AVANT de cette dévastation –, mais dans la précarité redoublée consécutive à celle-ci, des liens se tissent qui effacent les catégories séparant Dominicains, Haïtiens et Dominicains d’origine haïtienne, tels que répartis aux yeux de la loi et des dispositions réglementaires. Avec l’effacement des marques des bateyes se forme un nouveau tissu social : parfois fait de tensi...

2 Habitations ou campements des travailleurs de la canne à sucre dans les plantations.

3 Selon une enquête réalisée par l’Observatoire du Marché du Travail dominicain (OMLAD) (Domínguez Brito, 2011), la population haïtienne en R.D est de

4 Bien avant Lévi-Strauss, le finlandais Westermarck (1906) essayait de définir les règles de la parenté notamment vis-à-vis de l’étranger (cité dans

5 Selon l’article 18 de la Constitution du 26 janvier 2010 de la République Dominicaine sont Dominicains : 1) les enfants de Dominicains, 2) ceux qui

6 Mentionnons d’autres chiffres disponibles : dans la récente Encuesta Nacional de Inmigrantes (ONE, 2012), le total des immigrants en République

7 Comme le nombre précis d’Haïtiens et de Dominico-Haïtiens est difficile à fixer, il est aussi difficile d’estimer le nombre de rapatriés ou de

8 Sur le territoire des ingenios du CEA, il y 220 bateyes agricoles sur lesquels résident 44 000 familles, soit une moyenne de 196 familles par batey.

9 Composition de l’échantillon : Dans les zones enquêtées, les contacts pour réaliser les entrevues ont en général été très bien accueillis. Le guide

10 Nom donné aux personnes venant des Antilles anglophones auparavant assez nombreuses dans la région de San Pedro de Macoris.

11 Voir note 18.

12 Ingenio Ozama fondé en 1890 dans la Communauté de San Luis, Section La Cortadera, à quelques 4 kilomètres de la limite orientale de la Ville de

13 Voir au sujet des cheminées éteintes, le célèbre récit romanesque de José Lins do Rego (1932).

14 The Batey Foundation, 2016.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 L’ingenio Barahona : situé dans la région sud-ouest du pays, proche de la ville de Barahona, à 200 kilomètres de la ville de Santo Domingo, a été

18 Contrat de privatisation et capitalisation : « Aspects Sociaux : Les bateyes identifiés sur les cartes descriptives des aires de location, restent

19 Club Ensayos, 2013.

20 La plus grande partie de la construction s’effectue dans les zones métropolitaines de Santo Domingo et de Santiago : 57,3 % et 17,3 %. Une étude

21 Au sujet des favelas, voir Corten (2014).

André Corten

Université du Québec à Montréal, Groupe de recherche sur les imaginaires politiques en Amérique latine (GRIPAL)

Articles du même auteur

Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International